IONIE - EPHESE, AE bronze "à l'Abeille et cervidé" ( IIIème s. av. J.-C )

IONIE - EPHESE, AE bronze "à l'Abeille et au cervidé" ( IIIème s. av. J.-C )

Avers : Abeille symbole d'Ephèse (pas de légende visible )

Revers : avant de Cervidé courant vers la droite et se retournant à gauche (pas de légende lisible ? )

variante des références : BMC 58-62; SNG Cop. 244 

1,75 g  -  11 mm 

L'abeille : Symbole de l'âme, elle est parfois identifiée à Déméter de la religion grecque, où elle peut figurer l'âme descendue aux enfers: ou bien au contraire, elle matérialise l'âme sortant du corps. On la retrouve au Cachemire et au Bengale, et dans de nombreuses traditions indiennes d'Amérique du Sud, ainsi qu'en Asie centrale et en Sibérie. Platon, enfin, affirme que les âmes des hommes sobres se réincarnent sous forme d'abeille.

Figuration de l'âme et du verbe -en hébreu le nom de l'abeille Dbure vient de la racine Dbr parole- il est normal que l'abeille remplisse aussi un rôle initiatique et liturgique. A Eleusis et à Ephèse, les prêtresses portent le nom d'abeilles. Virgile a célébré leurs vertus.
On les trouve figurée sur les tombeaux, en tant que signes de survie post-mortuaire. Car l'abeille devient symbole de résurrection. La saison d'hiver -trois mois- durant laquelle elle semble disparaître, car elle ne sort pas de sa ruche est rapprochée du temps -trois jours- durant le corps du Christ est invisible, après sa mort avant d'apparaitre de nouveau ressuscité.

L'abeille symbolise encore l'éloquence, la poésie et l'intelligence. La légende concernant Pindare et Platon (des abeilles se seraient posées sur leurs lèvres au berceau) est reprise pour Ambroise de Milan; les abeilles frôlant ses lèvres et pénètrent dans sa bouche. Le propos de Virgile selon lequel les abeilles renferment une parcelle de la divine Intelligence reste vivant les chrétiens du Moyen-âge. On retrouve ici la valeur symbolique du bourdonnement, véritable chant de l'abeille.

source :http://equinox.over-blog.net/article-symbolisme-de-l-abeille-87154257.html 

Mythes et légendes gréco-romaines sur le Cerf et la Biche ... source : wikipedia 

Actéon, chasseur habile, surprend, au cours d’une chasse, la déesse Artémis dans son bain qui le transforme en cerf. Il meurt déchiré par ses chiens. La psychologie post-jungienne, interprète le mythe comme symbole de transformation spirituelle et d'illumination mystique. Pour Jean-Paul Sartre, Actéon symbolise l’hybris de la curiosité humaine. Il appelle « complexe d'Actéon » le complexe du savant, semblable au « chasseur qui surprend une nudité blanche et qui la viole de son regard ». Les poètes dépeignent Diane, déesse de la chasse dans la mythologie romaine, après son assimilation à la déesse Artémis du panthéon grec, tantôt sur un char traîné par des biches ou des cerfs blancs, tantôt montée elle-même sur un cerf, tantôt courant à pied avec son chien, et toujours entourée de ses nymphes, armées comme elle d'arcs et de flèches.

Informations complémentaires

16 août 2017
136
BMC 58-62; SNG Cop. 244 (VARIANTE)
robot killer