Pourquoi collectionner les monnaies gauloises ?

Pourquoi collectionner les monnaies gauloises ?

Chacun de ceux qui ont pris cette option de collection doit avoir sa propre réponse. La mienne passe par l’intérêt que j’ai trouvé à étudier les représentations graphiques très inventives des graveurs Gaulois ou plus largement Celtes. Leur faculté d’abstraction était extraordinaire à une époque où l’art figuratif prévalait. On peut imaginer à quel point ce grand écart a pu passer à l’époque, et pendant quelques siècles, pour de la maladresse, un manque de maîtrise de la représentation « classique » des êtres et des choses. C’était certainement oublier la puissance des symboles qui émanaient de ces graphismes et de leur organisation, qui étaient une sorte d’écriture devant être comprise par le plus grand nombre. Nous avons perdu le sens, pour l’essentiel, de cette « écriture », qui n’avait de sens que dans le contexte de l’époque.
Pour autant, il nous reste les monnaies, vecteurs de communication populaire de ce langage. Les monnaies gauloises qui nous sont parvenues ne sont pas forcément d’un abord flatteur en regard de leurs grandes sœurs grecques et romaines : elles sont petites, aux motifs incomplets la plupart du temps, souvent mal frappées sur des flans trop étroits... Aujourd’hui, il est facile de découvrir ce monnayage via de bonnes photos agrandies qui nous font découvrir tous les détails et facilitent son étude.

 

Une monnaie antique est toujours un objet unique

Aucune monnaie, même frappée avec les mêmes coins, ne sera identique à une autre. Il s’agit d’un objet artisanal qui aura franchi le temps à sa manière, avec sa propre usure en prenant une patine et une couleur en fonction de son alliage et du milieu dans lequel elle a séjourné durant 2 000 ans... Un beau spécimen de monnaie gauloise est mis en valeur par sa patine et ses cicatrices lui apportent une personnalité unique. On ne parle pas ici de la rareté d’une monnaie, ni de sa valeur marchande, ni même de son intérêt historique... mais d’un petit objet d’art issu d’un usage courant en son temps.

 

Pourquoi peindre des monnaies gauloises ?

Partant de cette approche, en tant qu’illustrateur, j’ai eu très envie de m’intéresser à la fois aux sujets très forts évoqués sur ces monnaies, mais aussi à la restitution par un autre vecteur que la photo, de la matière : en priorité des bronzes aux multiples couleurs et patines. La chaleur et la profondeur de la peinture à l’huile m’ont paru correspondre à cette recherche (par opposition notamment à la peinture acrylique). Par ailleurs, vis-à-vis des photos d’origine, j’ai seulement accentué certains contrastes et joué sur les lumières pour rendre les monnaies plus lisibles que sur photo.

 

Une approche pédagogique

Sur le plan du style, j’ai estimé qu’il n’était pas nécessaire d’interpréter ce qui l’était déjà. Ma démarche est davantage pédagogique qu’artistique : c’est pourquoi je parle d’illustrations. En d’autres termes, il m’a paru intéressant de m’adresser plutôt au grand public, aux plus jeunes en particulier, pour leur faire découvrir la richesse de « notre univers de spécialiste » qu’on appelle la numismatique. J’ai établi de petites fiches explicatives succinctes avec chaque tableau. Une manière aussi de considérer autrement que de façon péjorative les Gaulois comme étant des barbares.

 

Jean-Pierre Terrien

Six tableaux réalisés
Huiles sur toiles, formats 73 x 50 cm

 

robot killer